L’enduit à la chaux, c’est quoi ?

L’origine de l’enduit à la chaux

Les qualités des pierres calcaires à se transformer furent découvertes par hasard en même temps que nos ancêtres découvrirent le feu. Les pierres placées sous le foyer se désagrégeaient au contact de la chaleur, et se transformaient en pâte au contact de la pluie, puis durcissaient à nouveau en séchant, revenant à l’état de pierre.

Un enduit à la chaux est véritablement composée des quatre éléments primordiaux : la terre – le feu – l’eau – l’air.

Partout dans le monde se trouvent des carrières de pierres calcaires nécessaires à fabriquer l’enduit à la chaux, c’est le plus courant des minéraux. Ces pierres sont cuites à environ 900°, deviennent pulvérulentes par la calcination. A cette étape, on obtient la chaux vive.

Connue pour ses qualités très corrosives, la chaux vive est antifongique, bactéricide, est utilisée principalement en génie civil pour stabiliser les sols, et dans l’agriculture pour amender les terres. Plus proche de l’utilisateur, pour traiter les arbres, désinfecter les bâtiments.

En ajoutant de l’eau à la chaux vive, élément qu’elle a perdu à la calcination, nous procédons à l’extinction de la chaux. Quand le calcaire est pur, sans argile, nous disposons alors d’une chaux qui fait sa prise à l’air (carbonatation),  appelée chaux aérienne. Celle-ci au contact du gaz carbonique de l’air retrouve tous ces composants d’origine, et retourne à l’état de pierre, la carbonatation se fait durant plusieurs semaines.

La chaux éteinte est généralement mélangée à des charges minérales afin de la rendre plus dure ainsi qu’à des pigments naturels pour sa mise en teinte.

Choisir l’enduit à la chaux pour construire, protéger ou décorer garantie une grande qualité esthétique et environnementale. C’est continuer à faire vivre un savoir-faire multi-millénaire, entretenir l’usage d’un produit naturel et écologique.

Cycle de la chaux - Enduit à la Chaux

L’usage de l’enduit à la chaux au fil du temps

Nécessaire pour bâtir, jointer, décorer, protéger les édifices, la chaux aérienne a depuis toujours été employée par l’ensemble des civilisations qui nous ont précédées. Les pays autour de la Méditerranée, du Moyen-Orient, l’Extrême Orient, l’Europe, l’Amérique du Sud, en ont fait l’usage.

Sous l’Antiquité, les romains ont largement contribué à améliorer cette matière première en développant des mélanges avec de la pouzzolane (roche volcanique) transformant la chaux aérienne en chaux hydraulique (prise à l’eau) ce qui augmente naturellement sa résistance mécanique et aux intempéries. Les premiers bétons étaient alors réalisés, appelés bétons romains.

Les arènes, acropoles, palais, temples, termes, aqueducs, maisons, canalisations, bassins, fresques décoratives, nos cathédrales, sont autant de témoignages qui ont traversé les siècles jusqu’à nos jours, mettant en évidence les qualités des enduits à la chaux, assurant la pérennité de ces édifices, notre patrimoine.

Sa capacité à s’adapter avec souplesse aux changements de température dilatant les différents matériaux de construction qu’elle recouvre ou relie (pierre et ossature bois), a rendu pendant des siècles l’usage de la chaux incontournable.

L’arrivée de l’ère industrielle, le besoin important de construire rapidement des nouveaux logements, les exigences de rentabilité, vont faire disparaître le savoir-faire des métiers de la chaux au profit du béton qui possède des qualités de résistance mécanique et de rapidité de prise supérieure aux produits à la chaux.

Mais le ciment ne répond pas à tout, avec le recul, au nombre important de bâtiments souffrent de pathologies et d’incompatibilité entre les différents matériaux.

L’enduit à la chaux : pour la construction et la décoration

La chaux aérienne utilisée seule sous forme de badigeon est utilisée pour blanchir les maisons des villages typiques du bassin méditerranéen. Il faut le renouveler chaque année car ce badigeon simple n’est pas résistant aux intempéries. Le badigeon que nous utilisons actuellement en décoration est une chaux grasse renforcée avec des charges minérales très fines (talcs de marbre).

La chaux est un liant. Dans les métiers du bâtiment et de la décoration, nous n’utilisons que très rarement la chaux telle quelle. Les mortiers de chaux formulés pour la construction, ou les enduits décoratifs à la chaux réservés à la finition, sont toujours mélangés à différentes charges minérales de plusieurs granulométries (poudres de marbre, silice, gypse). La chaux a pour fonction d’agglomérer les charges minérales et pigments naturels (ocres, terres, oxydes) afin de constituer le mortier.

L’enduit à la chaux ou le mortier, possède donc des nombreux atouts concernant son aspect écologique respectueux de l’environnement et de la qualité de l’air intérieur.

En effet, la chaux laisse respirer les supports. Son étanchéité à l’eau de pluie et sa perméabilité à la vapeur d’eau migrant de l’intérieur vers l’extérieur du bâti, ainsi que la conservation des qualités premières antifongiques et bactéricides, garantissent une protection saine et naturelle de l’habitat.

En finition murale décorative, la compression mécanique de plusieurs couches d’enduit à la chaux à l’aide d’une lisseuse lors de la mise en œuvre permet d’obtenir une surface très lisse, polie, et résistante.

Cette finition s’appelle le stuc : stucco veneziano ou stuc vénitien, stuc marmorin ou marmorino, stuc marbre, stuc pierre, stucco travertino, tadelakt

Ces finitions sont idéales pour les pièces humides, hammam.

Traditionnellement, les finitions les plus connues sont : l’enduit taloché, enduit brossé, enduit chaux-chanvre, enduit chaux-plâtre, enduit travertino, le badigeon, peinture minérale à la chaux, a fresco

Ces finitions sont la base de notre métier de stucateur.

Selon le choix des charges minérales, leur granulométrie, les proportions des composants du produit, l’outil et le geste utilisé pour monter et travailler la matière, la maîtrise de la prise aérienne de l’enduit, une multitude d’effets de matières, de finitions sont à notre disposition. En intérieur, elles sont toujours protégées par un hydrofuge naturel à la cire d’abeille pour faciliter l’entretien.

Comme pour un tableau réalisé avec des tubes de peinture, avec un même médium, il est possible de réaliser une croûte comme un chef-d’œuvre, tout dépend du savoir-faire du réalisateur.

En temps qu’artistes plasticiens, nous créons des nouvelles matières dont l’image contemporaine sort des poncifs traditionnels.

Nos finitions murales portent toujours en elles les qualités des enduits à la chaux de tradition car nous conservons dans la composition de nos produits les matières premières naturelles et les techniques ancestrales de mise en œuvre.

Nous sommes fiers de faire vivre et évoluer cette matière noble et intemporelle. De tout temps, elle a fait partie de notre histoire, continue à nous accompagner et embellir notre habitat, comme une seconde peau.

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous souhaitez être informé de l'actualité d'A Coeur de Chaux ?

Vous êtes inscrit